Comprendre les enjeux autour de l’ordre d’évacuation de la population de Goma en prévision d’une éruption en pleine ville ou sous le lac

Depuis 04 heure du matin de ce Jeudi 27 Mai 2021, il s’observe un afflux massif des habitants de certains quartiers de la ville de Goma situé à l’est vers l’ouest pour une destination inconnue. Ceci fait suite à un ordre d’évacuation de ces quartiers par le gouverneur du Nord Kivu ce jeudi aux environs de 00 heure, heure locale en prévision d’une éventuelle deuxième éruption volcanique dans les quartiers à haut risque. Selon nos sources, les habitants de certains quartiers ciblés tels que Mabanga, Murara, Mapendo et Mikeno s’affluaient déjà vers l’ouest aux environs de 11 heures.

Lors de la lecture de cette ordre dans les studios de la Radio Télévision Nationale Congolaise station locale de Goma, le gouverneur explique cette décision est consécutive à la présence des magmas sous toute la zone urbaine de Goma avec l’extension vers le lac Kivu. On ne peut exclure une éruption à terre ou sous le lac qui pourrait advenir sans aucun signe précurseur a-t-il ajouté.

Les quartiers à risque tels qu’énumérés sont ; Majengo, Bujovu, Mabanga, Murara, Virunga, Kahembe, Mikeno, Mapendo et les Volcans selon toujours le même communiqué. Selon les observations sur place, un tremblement de terre d’une forte magnitude a été ressenti par les habitants ce Jeudi 27 Mai 2021 vers 11h10’ lequel a été ressenti dans toute la sous-région des grands lacs jusqu’à Bujumbura à plus de 300km au sud de la ville de Goma.

Loin de faire l’unanimité au sein de la population quant à la présence d’un lac de laves qui provoquerait une éruption en pleine ville de Goma ou dans le lac, la décision d’évacuer une partie de la ville serait aurait des conséquences mitigées si la réalité ne cadrait pas avec l’hypothèse avancée. Prise suite à une résurgence de tremblements de terre et le constat de l’incapacité de l’observatoire volcanologique de Goma à contrôler la situation, seules les données fiables et objectives récoltées et le contrôle de la situation sur le terrain pouvaient justifier une telle prise de décision qui, si les faits ne se produisent pas tel qu’avancés dans l’hypothèse, ceci accentuerait le sentiment de mépris de la population vis-à-vis des instances compétentes. D’où, un soutient financier et matériel à l’organe technique de surveillance revêtent d’une importance capitale.
 

Des données de plus en plus disponibles sur la récente éruption, l’actuelle activité volcanique sous forme des tremblements de terres qui continuent d’inquiéter à la fois les scientifiques et la population locale

Images par IMAGICO.DE

Des images radar INSAR à haute résolution récentes ont montré que le sol au sud du volcan s’était élevé de plusieurs centimètres pendant ou depuis l’éruption. Le déplacement vertical est le plus élevé dans la zone de la ville de Goma, où de nombreuses fissures dans le sol sont devenues visibles.

Cela fait craindre qu’un scénario possible (pas nécessairement le plus probable) soit la formation d’une nouvelle digue – ou fissure remplie de lave – qui pourrait s’ouvrir dans cette zone et produire une deuxième éruption de flanc potentiellement catastrophique.

Des fissures au sol similaires ont également été observées pendant et peu de temps après les dernières éruptions de flanc en 1977 et 2002, mais n’ont heureusement pas entraîné d’éruptions supplémentaires, mais seraient liées à des ajustements du sol après le drainage de volumes importants de magma lors des deux éruptions. Il est à espérer qu’il en sera de même cette fois et que l’activité sismique diminuera progressivement et ne sera pas suivie de nouvelles éruptions de lave à basse altitude. D’autres recherches et observations seront nécessaires dans les jours et semaines suivants pour obtenir une image globale de la situation sur le terrain.

Comprendre la topographie et la couche terrestre des quartiers affectés par l’ordre d’évacuation

Topographiquement, les quartiers ciblés par la demande d’évacuation se situent dans un endroit plus bas par rapport aux autres quartiers de la ville de Goma et Gisenyi. Cette zone constitue une large vallée sous forme d’un ravin épais de quelque 10km de longueur et à peu près 2km de largeur, avec une faible pente présentant des données suivantes selon le théorème de Pythagore ;

  • Pente : 3%
  • Longueur de la pente : 10.004 mètres
  •  Angle 1 : 2° à 5° selon la proximité du quartier avec le volcan Nyiragongo
  • Angle 2 (Opposé) : – 88° à 85° selon la proximité du quartier avec le volcan Nyiragongo
  • Périmètre du triangle 20.304 mètres
  • Surface du triangle : 1 500 000 mètres carré

Ces données ont été acquis grâce aux calculs de la pente allant des quartiers Buhene au Les Volcans effectués dans l’outil en ligne ToutCalculer

Il sieds d’ajouter que la longueur de la pente se calcule grâce au théorème de Pythagore. Ce théorème consiste à calculer la racine carrée de la somme du carré de la longueur et du carré de la hauteur.

Autrement dit ; longueur de la pente = racine carré ((longueur x longueur) + (largeur x largeur))

Le niveau bas topographiquement parlant rend ces quartiers plus exposés à toute éruption du Nyiragongo par rapport à d’autres quartiers de la ville.

Constitué d’un sol rocheux et volcanique, la ville de Goma est battue sur un sol composé de plusieurs couches rocheuses avec des trous vides résultant des dernières éruptions volcaniques ayant balayée la ville.

Ces roches sont de plus en plus fragilisées par les tremblements de terres en cours dus à un fort mouvement magmatique sous terre et dans le lac durant cette période post-éruption volcanique de ce 22 Mai 2020

Ces roches peuvent connaitre des fissures en cas de la permanence de tremblements de terre à forte magnitude causant un échappement de la lave.

Selon les données recueilli dans la revue GeoCaching, le système magmatique du Nyiragongo reste mal contraint. Le meilleur modèle actuellement pour le système de plomberie magmatique de Nyiragongo est composé de deux chambres crustales situées à des profondeurs de 10 à 14 km et de 1 à 4 km sous l’édifice principal, alimentées par une source de manteau de 80 à 150 km de profondeur.

Cependant, plusieurs chambres magmatiques semblables à celle du Nyiragongo ont été identifiés sur la manteau inférieur et la croute continentale aux niveaux de la ville de Goma et le lac Kivu tel qu’illustrés dans le croquis ci-dessous.

La chambre magmatique peu profonde est probablement directement reliée au lac de lave situé dans le cratère principal, expliquant la persistance de l’activité du lac de lave. Les résultats des récentes études sismiques et de déformation du sol de l’éruption du Nyiragongo 2002 sont cohérents avec ce modèle à 2 chambres.

En cas d’une forte activité magmatique, ces chambres peuvent s’étendre et remonter jusqu’au sol et provoquer des tremblements de la terre, créer des fissures voire provoquer une éruption à partir de la ville.

Dans le contexte actuel et selon les données topographiques, ces types d’éruptions pourraient en première lieu se dérouler dans les quartiers sujets à la demande d’évacuation vue leur situation topographique, leur situation dans la limite de deux failles continentales et la présence de plusieurs fissures.

Quels scenarios pour une éruption sur la terre et sous le lac Kivu.

Sources: JEUNE AFRIQUE

La ville de Goma est le siège de toutes les institutions étatiques provinciales, des représentations de multinationales sur le plan régional et un endroits géostratégique de toute la région des grands lacs. Elle constitue aussi un hub technologique et d’innovations dans la sous-région.

Avec son aéroport international, la ville de Goma bénéficie d’un trafic plus saturé des vols tant nationaux qu’internationaux générant des millions de dollars au gouvernement Congolais.

Dans les deux scenarios, les pertes économiques se compteraient à plusieurs milliards de dollars américains et celles en vie humaines plus catastrophiques.

Selon Kashindi Pierre, Analyste et Coordonnateur de l’Initiative pour la Gestion des Risques de Catastrophes en Afrique DRM Africa en sigle, les dégâts dépendront de l’ampleur de l’éruption dans les deux scenarios.

Pour ce qui est de l’éruption à partir de la ville, un grand espace serait couvert de lave notamment ; les quartiers bas sur le plan topographique notamment ; le centre-ville, Murara, Katindo, Himbi, Mapendo, Mikeno, Mabanga et Virunga. Sur le plan estimatif plusieurs infrastructures de bases seraient affectées y compris ;

  • Plus de 150 000 maisons d’habitation
  • Plus de 50km de routes asphaltées,
  • Plus de 800 immeubles y compris ; les bâtiments commerciaux, bureaux administratifs, Banques, etc.
  • Etc.

Quant à une éruption dans le lac Kivu, les dégâts seraient catastrophiques vu la présence d’une forte concentration du dioxyde du carbone ainsi que du gaz méthane et un impact environnemental incalculable.

Une éruption volcanique dans le lac provoquerait une explosion similaire de celle d’il Ya 3500 à 5000 ans

Lac gazeux NYOS au Caméroun a explosé en 1986

À environ 2 250 km au nord-ouest du Kivu, un lac de cratère au Cameroun, le lac Nyos, accumule et piège de grandes quantités de gaz dissous – en l’occurrence du CO2 – provenant d’une cheminée volcanique au fond du lac.

Le 21 août 1986, le potentiel mortel de ce réservoir de gaz a été mis en évidence de façon tragique. Probablement en raison d’un glissement de terrain, une grande quantité d’eau a soudainement été déplacée, provoquant un mélange rapide du CO2 dissous avec les couches supérieures du lac et sa libération dans l’air.

Un grand nuage de gaz mortel a asphyxié environ 1800 personnes dans les villages voisins.

De tels événements sont appelés éruptions limniques, et les scientifiques craignent que le Kivu ne soit mûr pour un événement similaire, encore plus meurtrier. Le Nyos est un lac relativement petit, mesurant un peu plus d’un mille de long (1,6 km), un peu moins d’un mille de large et moins de 210 m de profondeur.

Le Kivu mesure 89 km de long, 48 km de large et plus de deux fois plus profond que le Nyos. En raison de sa taille, dit Katsev, le Kivu “a le potentiel pour une éruption limnique majeure et catastrophique où de nombreux miles cubes de gaz seraient libérés”.

Environ 14 000 personnes vivaient près du Nyos au moment de l’éruption. Plus de deux millions de personnes vivent aujourd’hui aux alentours du lac Kivu, dont environ un million dans la ville de Bukavu, en République démocratique du Congo.

Si le Kivu entrait en éruption, dit la limnologue Sally MacIntyre de l’Université de Californie à Santa Barbara, “ce serait complètement catastrophique”.

Ce n’est pas seulement une préoccupation théorique. Les scientifiques ont trouvé ce qui pourrait être la preuve d’au moins une précédente éruption limnique au Kivu, qui s’est probablement produite il y a entre 3 500 et 5 000 ans, et peut-être plusieurs autres plus récentes.

Des carottes de sédiments prélevées au fond du lac ont révélé des caractéristiques connues sous le nom de couches brunes qui ne ressemblent pas aux sédiments environnants. Ces bandes de sédiments sont “des couches très inhabituelles, riches en matière organique”, dit M. Katsev, qui pourraient être le résultat d’éruptions.

Les éruptions limniques peuvent se produire pour deux raisons. Si l’eau devient complètement saturée de gaz dissous, tout CO2 ou méthane supplémentaire injecté dans le lac sera forcé de sortir de la solution, de monter et d’être libéré dans l’air.

Des éruptions peuvent également se produire lorsque quelque chose force l’eau profonde avec ses gaz dissous à se mélanger avec les couches supérieures, réduisant la pression sur les gaz et leur permettant de sortir rapidement de la solution et de s’échapper, comme on le ferait en secouant une canette de soda puis en l’ouvrant.

Bien qu’un glissement de terrain de l’ampleur de celui que l’on soupçonne dans l’éruption du Nyos puisse ne pas provoquer un mélange suffisant au Kivu, en raison de la taille et de la profondeur du lac, il existe plusieurs autres déclencheurs possibles.

Le Kivu est une zone sismique active, un tremblement de terre pourrait donc générer des vagues dans le lac qui mélangeraient suffisamment les couches pour libérer les gaz emprisonnés.

Que faire pour se protéger d’une explosion du gaz methane causée par une éruption volcanique sous le lac ?

L’un des moyens pour se proteger d’une explosion gazière

Plusieurs initiatives de dégazage du lac Kivu sont en cours tant au Rwanda qu’en république démocratique du Congo. Selon les données de le firme Canadienne Hydragas, le processus de dégazage durerait plus de 150 ans.

Pour faire face à une explosion gazière due à une éruption volcanique dans le lac Kivu ;

  • Porter un masque à gaz pour se protéger du gaz toxique libéré et qui chasserait l’aire respiratoire à une dizaine voire centaine de mètres du sol avant tout autre chose à faire,
  • Se réfugier dans des zones à haute altitude y compris les Montagnes,
  • Quitter la ville avant qu’il ne soit trop tard,
  • Ne jamais boire l’eau du lac et du robinet,
  • Etc.

Ouverture des frontières de la RDC, devrions-nous craindre l’explosion de contaminations liées à la Covid-19 ?

En date du 21 Juillet 2020, le président de la république démocratique du Congo Son Excellence monsieur Felix Tshisekedi a signé une ordonnance portant sur la levée progressive de l’état d’urgence instaurée au mois de Mars en réponse à l’augmentation des cas liée à la pandémie de la Covid-19 à travers le pays. Cette levée prévoyait un calendrier de reprise des plusieurs activités socio-économiques fermées ayant débuté par l’ouverture des places publiques notamment ; bars, restaurants, hôtels, marchés, etc. en date du 22 Juillet, l’ouverture des activités académiques et des aéroports le 03 Août et repoussées jusqu’au 10 de ce mois, et à la fin ; l’ouverture des frontières prévue ce lundi 15 Août 2020.

Au moment où les deux premières étapes de cette levée suscitent d’inquiétudes quant à la gestion des mouvements de la population, la dernière étape qu’est l’ouverture des frontières risquerait d’aggraver la situation et susciter plus d’inquiétudes si des mesures préventives efficaces ne seraient pas prises. Plusieurs scenarios restent à craindre notamment ; la nouvelle explosion de la pandemie à travers le pays.

Etant donné que tous les pays ayant levée cet état d’urgence connaissent une vague de nouvelles contaminations ayant poussé à ces dernières de réimposer des mesures de réconfinement de quelques villes pour certains (Brésil, Venezuela, Chine, etc.), et la simple obligation du port des masques pour d’autres (France, Royaume Uni, Canada, etc.) ;

  • L’instance de riposte serait-il capable de faire face à une explosion de la pandemie en RDC ?
  • Quelles seraient les politiques sanitaires à mettre en place pour mieux contrôler le mouvement des populations dans toute la toute la sous-région ainsi que dans des ports, aéroports et frontières terrestres ?
  • Devrions-nous craindre une explosion de nouvelles contaminations à travers le pays ?

Nous vivons dans une période cruciale où l’humanité doit choisir entre l’économie et la santé. Les deux étant interdépendantes, il sied mettre en place des stratégies efficace capables faire balance entre ces deux aspects sociaux de cette humanité pour une meilleure interaction et un relèvement efficace.

Les donnees statistiques de la pandemie prouvent une forte capacité de riposte du pays dans un contexte du manque des moyens financiers et logistiques

Source stopcoronavirus.cd

Depuis sa mise en place, l’équipe de riposte fait l’objet de plusieurs critiques d’ordre stratégique et opérationnel de la part des populations fatiguées de rester inerte au nom d’un état d’urgence ayant déjà causé des répercussions négatives au même moment dans le panier de la ménagère ainsi qu’aux recettes publiques. Au moment où certains pays sont déjà en récessions économique suite aux mesures de confinement, la republique démocratique du Congo dont plus de 70 pourcent de recettes dépendent de l’activite minière (Selon les statistiques de l’initiative pour la transparence des industries extractives ITIE et banque Mondiale) peine à couvrir toutes les dépenses publiques y compris ; le retard léger dans la paie de la fonction publique, la gratuité de l’enseignement de base, etc.

Cependant, malgré de multiples annonces des centaines de millions de dollars Américains par les bailleurs de fonds internationaux pour la riposte de la pandemie de la Covid-19 au bénéfice de la RDC, il a été signalé plusieurs problèmes d’ordre financiers au sein même de l’instance chargée de la riposte contre de cette pandemie notamment ; des mois d’impayement des agents de l’équipe chargée de la riposte. Cette annonce aurait été fait à plusieurs reprises par le ministère de la sante et l’Institut National des Recherches en Biologie INRB. La mauvaise gestion du mince fonds décaissé par le gouvernement central en faveur des activites de riposte est venu ajouter un point sur le i quant au manque de moyens financiers

En dépit des moyens financiers et logistiques limités, l’équipe de la riposte est restée égale à elle-même en terme d’efficacité en matière de la gestion de la pandemie. Résultat, sur le cumul de plus de 9000 cas de contaminations enregistrés au mois d’Aout, plus de 8000 ont été déclarés guéris avec plus ou moins 250 décès et le tout, pour une population estimée à plus de 80 millions d’habitants.

Avec la levée de l’état d’urgence et l’ouverture des frontières, le renforcement des mesures de contrôle des mouvements transfrontalières, portuaires et aéroportuaires revêtent d’une importance au risque de compromettre le bon résultat qu’a déjà enregistrée le pays si des mesures sérieuses et ad hoc ne seront pas prises. Ces mesures devraient être accompagnées par l’implication et contribution de toute personne vulnerable dans ce processus.  

Une politique sanitaire garantissant le transfert d’information pandémique et l’interopérabilité dans les efforts et processus de riposte au niveau regional.

La coopération régionale en matière d’échange d’informations pandémiques et expérience s’avère être l’une des approches les plus envisageables dans la mitigation des risques de contamination au niveau de la sous-région. Sans cette dernière, la période de riposte de cette pandémie paraîtrait encore longue. Avec ses 9 pays voisins qui l’entourent, la RDC connait risque des contaminations au niveau des frontières plus haut.

Pour exemple ; la frontière Congolo-Rwandaise dite « Petite barrière » en ville de Goma capitale de la province du Nord Kivu où selon les statistiques provinciales, enregistrerait plus de 80.000 passagers quotidiens. D’autres points d’entrée frontaliers notamment ; le Beach Ngobila reliant Kinshasa et Brazza ville du Congo d’en face, Kasumbalesa dans le Haut Katanga, Ruzizi dans ville de Bukavu ainsi que le poste frontalier de Kavimvira reliant la republique démocratique du Congo au Burundi enregistrent aussi un mouvement considerable des va-et-vient.

D’où, l’adoption des strategies opérationnelles coordonnées au niveau regional voire continental pour contrôler les mouvements de population à travers ; le transfert d’informations pandémiques et leur interopérabilité. Cette exercice plus délicate au niveau pratique et nécessite des interventions suivantes ;

  • Diagnostique obligatoire de tout passager : le processus de diagnostique de la maladie de la Covid-19 doit s’effectuer dans chaque pays de provenance et de destination du passager. Cette diagnostique doit se faire aux instances de riposte choisies dans chaque pays suivi de l’octroi d’une attestation de diagnostique à la personne ayant suivi le test. Cette attestation sera considérée comme une nouvelle piece à présenter aux frontières, ports et aéroports et doit avoir une duree de validité de deux semaines.
  • Respect des gestes barrières : les mesures sanitaires et de distanciation sociale doit être renforcées au niveau local et le port de masque devenu obligatoire.
  • Partage des donnees et intervention des nouvelles technologies : les gouvernements de pays frontaliers doivent partager des donnees statistiques sur non seulement sur la situation clinique dans leurs pays respectifs, mais aussi sur les personnes diagnostiquées. Ceci permettrait de vérifier l’authenticités des documents en possession des passagers. Pour ce faire ; une base des donnees mise à jour sur les mouvements de personnes ainsi que leurs identités devrait être mise en place. L’objectif de cette banque de donnees serait de surveiller tout mouvement de personnes ainsi que leur état clinique.
  • Creation d’un programme national de lutte contre la Covid-19 comme déjà fait avec le VIH/Sida.

Devrions-nous craindre une explosion des cas liées à la Covid-19 après l’ouverture des frontières ?

Frontiere Petite barriere en ville de Goma

Plusieurs experts de l’organisation mondiale de la sante fustigent l’incapacité des systemes de sante Africains à faire la pandemie de la Covid-19. Le scepticisme de cette agence des nations unies s’expliquerait par plusieurs facteurs d’ordre structurel notamment ; le faible investissement des Etats dans leur système de santé dépendant en major partie aux appuis financier et logistique extérieurs, manque du personnel experience en matière de gestion d’une épidémie/pandemie et le manque d’infrastructures sanitaires adéquates.

Pour ce qui est de la Covid-19, des avancées significatives ont été consenties par les Etats en matière de contrôle et mitigation des risques de nouvelles contaminations dépit d’une forte dépendance à l’expertise extérieure. Des mesures déjà prises y compris ; la distanciation locale, le port de masques et le lavage permanent des mains sont suffiront pour faire face à la pandemie si et seulement elles sont appliquées d’une manière rigoureuse et l’implication de tout le monde. L’integration d’une approche technologique dans le contrôle des mouvements de la population viendrait accélérer ce processus et renforcer la collaboration régionale dans la surveillance tout mouvement de la population.

Quoique la crainte d’une explosion des cas liees à la Covid-19 reste gravée dans la mémoire collective, seule la capacité du pays à y remédier suffit pour calmer les esprits de plus sceptiques.

En conclusion, il serait de tout le pays si ce dernier créait un programme national de lutte contre la Covid-19 comme on l’a fait avec la maladie du VIH/Sida. Ce programme serait chargé d’assurer la gestion de risques liees à cette pandemie – ceci serait possible si et seulement si, la communauté Congolais prenait conscience du danger permanent que constitue cette maladie et un peu de volonté politique.

X