Media Sensible aux Catastrophes

La communication constitue un chaînon important quant à la prévention, la gestion et la résilience dans un contexte de catastrophe naturelle. Et de nos jours, la technologie médiatique et la presse peuvent contribuer à sauver des vies, réduire les dommages et augmenter la résilience des populations face aux dangers naturels. Ainsi, sensibiliser, informer, former et alerter s’avèrent critiques pour limiter les impacts des désastres naturels sur la société.

Malgré une augmentation des catastrophes naturelles et anthropogéniques ayant entrainé des perturbations des tissus socioéconomiques, nombreuses de ces évènements ne bénéficient pas d’une couverture médiatique. Plus encore, les limites de moyens de communication y compris ; presse, télévision, médias sociaux (Twitter, Facebook, blogosphère) à couvrir ces dernières exacerbe le processus de préparation des communautes à y faire face à ces dernières.

Et selon le résultat de plusieurs enquêtes menées par l’Initiative pour la Gestion des Risques de Catastrophes en Afrique DRM Africa en sigle, la faible mobilisation des medias locaux autour des questions relatives au changement climatique, a l’environnement et à la réduction des risques de catastrophes constituent un facteur causal favorisant une ignorance des risques de la part des communautes exposées – limitant aussi leur capacité de réponse.

Selon toujours le même rapport d’enquêtes, ce manque de couverture médiatique des catastrophes et leurs risques serait dû par plusieurs autres facteurs notamment ;

  • Sous-estimation des risques suite au manque de connaissance de ces derniers,
  • Manque de moyens logistique et financier pour la couverture de catastrophes, la surveillance des risques et la mise en place d’un mécanisme d’alertes,
  • etc.

Media Sensible aux Catastrophes MSC en sigle, est l’un des quatre programmes pilotes de l’initiative DRM Africa utilisant les médias pour renforcer la résilience des communautés aux effets directs et indirects des aléas naturels et anthropogénies. Il a comme l’objectif accroître l’implication des médias de proximité dans la couverture, la documentation et la communication des environnementaux pour des fins de résilience.

Les activités du MSC se focalisent beaucoup sur ;

  • Le renforcement des capacités de medias de proximité dans l’identification, l’analyse et la communication des risques s’inscrivant dans le cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophes lancée par l’Assemblée générale des nations unies de 2015,
  • Accroitre la capacité de réponse des communautes vulnérables et exposées aux risques,
  • Promouvoir le journalisme axé sur les données pour des interventions bien ciblées et apportant des résultats palpables,
  • Innover et intégrer l’approche media dans le renforcement du système d’alertes précoces et multirisque,
  • Etc.

A travers ce programme, l’initiative DRM Africa espère créer un réseau de journalistes environnementalistes ayant comme mission de couvrir les événements environnementaux à travers des activités d’investigation sur les crimes environnementaux et leur reportage au grand public pour sensibiliser et inciter des actions concrètes de la part des autorités en place et de toute la population en général.