Brève historique

Atelier de dynamisation des activités du GNDR en RDC et lancement de l’Initiative pour la Gestion des Risques de Catastrophes en Afrique DRM Africa en sigle

C’est lors de la tenue de l’atelier national de dynamisation des activités du réseau mondial des organisations de la Société Civile pour la Réduction des Catastrophes GNDR en sigle qu’a été présenté pour la première fois l’Initiative pour la Gestion des Risques de Catastrophes en Afrique DRM Africa en sigle.

Tenu dans la ville de Goma à l’est de la république démocratique du Congo du 10 au 11 Mars 2019 et réunissant plusieurs membres de ce réseau mondial, cet atelier avait comme mission de renforcer la collaboration entre organisations membres autour des activités de réduction des risques de catastrophes dans le pays.

Lors des présentations de plans d’action individuels, l’organisation CongoInThePicture représentée par M. Kashindi Pierre s’est engagé à œuvrer en collaboration avec d’autres membres en présentant un Plan de Gestion des Risques de Catastrophes à travers le pays et adopté par tous les membres du réseau mondial GNDR.

C’est à travers ce plan qu’a été créée l’Initiative pour la Gestion des Risques de catastrophes en Afrique DRM Africa en sigle.

QUI SOMMES-NOUS  ET QUE FAISONS-NOUS ?

Vue 3D du Lac Kivu dans la région des grands lacs Africains

L’Initiative pour la Gestion des Risques de Catastrophes en Afrique DRM Africa en sigle est une initiative basée en république démocratique du Congo et appliquant le concept des données ouvertes pour renforcer la résilience des communautés aux catastrophes à travers une gestion prospective, corrective et compensatoire des risques.

Des données ouvertes pour renforcer la résilience communautaire

Credit; Covid19 Africa

Le principe de l’Open Data signifie que des données d’entrée et de sortie doivent être libres d’accès et facile à utiliser. L’ouverture à toutes les parties prenantes dans le processus de gestion des risques de catastrophes permet de les démocratiser.

DRM Africa préconise l’utilisation intégrée de ces technologies pour maximiser l’impact et prévenir les communautés vulnérables exposées à travers des alertes et de renforcer la capacité de réponse en même temps de ces communautés ainsi des autorités locales.

DRM Africa s’engage aussi à mettre à la disposition du public une base des données ouvertes de différents aléas naturels et anthropiques afin d’informer et aider les unités de production socioéconomiques pour une meilleure préparation aux catastrophes et ainsi ; limiter les pertes économiques et en vies humaines.

Apprendre des évènements passés pour mieux agir

Crédit: MédiasCongo. Route divisée en deux par une tête d’érosion à Kinshasa

Les informations concernant les aléas sont produites en utilisant des catalogues d’évènements historiques et des modelés scientifiques qui décrivent les dynamiques spatiales et temporels de tes aléas.

Chez DRM Africa, nous utilisons ces informations pour élaborer des normes d’utilisation du terrain qui verseraient à prévenir que la population s’établisse dans des zones exposées à ces aléas.

Dans des cas similaires, nous compilons ces informations avec un égard sur les dommages des infrastructures dans des cas de tremblements de terre, des tornades, des inondations, vents forts, tsunamis et autres aléas similaires présents en république démocratique du Congo et toutes la sous-région des grands lacs Africains. Nous utilisons aussi ces informations pour améliorer les règles de construction des infrastructures en rapport à ces évènements. De plus, ces informations concernant une vaste portion de la population qui en majorité vit dans de zones à risque sans le savoir y compris ; les groupes vulnérables tels qu’enfants et personnes âgées sont utilisées pour aussi améliorer les procédure d’évacuation précoce et préventive et pour établir des routes d’évacuation dans les cas qui peuvent engendrer des catastrophes (Cas des éruptions volcaniques).

Cartes des aléas

Nous élaborons des cartes en combinant les paramètres spécifiques. Ces dernières sont engendrées avec une résolution grossière aux niveaux local et national, en haute résolution une fois utilisées dans des zones urbaines. En plus, les paramètres utilisés changent selon l’aléa.

Pour ce qui est des risques d’inondations, nous dressons des cartes représentant des zones susceptibles d’être inondées une fois tous les ans ou tous les 10 ans. Et pour ce qui est des tremblements de terre, des éruptions volcaniques, du glissement des terrains et de la sédimentation, conflits et fragilités, la sècheresse et la faim, ces aléas seront représentés sur des cartes décrivant des zones géographiques pouvant être affectées.

Informations sur la vulnérabilité

L’information sur la vulnérabilité s’avère plus difficile à compiler, étant donné de sa nature économique et sociale.

Dans certains cas, nous évaluons la vulnérabilité en conduisant des enquêtes spécifiques au niveau des maisons par maisons, quartier par quartier et toute une communauté. Ces approches nous permettent de fournir une information plus précise sur les différentes dimensions ou composantes de la vulnérabilité. Elles (approches) sont mieux adaptées à capturer l’informations sur la vulnérabilité des différents secteurs du développement au niveau local.

Et dans d’autres cas, nous utilisons les indicateurs pour estimer la vulnérabilité des communautés en utilisant des données démographiques et des autres données dérivées des enquêtes locales et nationales, ainsi que des données économiques. En tout cas, des tels estimations peuvent seulement capturer une fraction de la vulnérabilité.

Cartographier les risques

DRM Africa s’appuie sur une affirmation stipulant qu’il serait nécessaire de passer de la gestion des catastrophes à la gestion des risques de catastrophes.

Nous produisons des cartes interactives et détaillées de zones à risques de toute la république démocratique du Congo à travers l’utilisation des systèmes d’information géographique SIG en sigle.

Une carte des risques est produite par la combinaison des informations concernant les aléas et la vulnérabilité. Une fois élaborée, cette carte permet de facilement détecter les éléments vulnérables ou bien exposés aux aléas.

De plus, ces cartes peuvent être utilisées par des preneurs de décisions pour identifier les types de mesures à implémenter afin de minimiser les risques et améliorer les de préparation aux catastrophes.

Communication de risques de catastrophes

La communication d’informations concernant les aléas, les risques et la vulnérabilité doit être gérée avec beaucoup d’attention. Et le but devrait être celui d’informer le public, mais en minimisant les conséquences négatives concernant l’interprétation de ces informations.

Raison pour laquelle DRM Africa élabore un système d’alertes précoces et multirisque orienté vers les communautés exposées qui tient compte des conséquences négatives de l’interprétation de ces informations par les populations locales. Nous diffusons des alertes précoces en accord avec différentes composantes tant publiques que privées chargées de la surveillance des aléas d’une manière instructive et orientées vers les mesures à prendre.

La dissémination des cartes représentant des aléas mène toujours à la réduction du prix de certains terrains dans les zones à risques. Cependant, DRM Africa reconnait les besoins de rendre les communautés conscientes du niveau du risque auquel elles font face, tout en leur faisant prendre conscience de la notion de vulnérabilité afin d’engendrer une majeure acceptation des mesures gouvernementales à prendre visant la réduction de la vulnérabilité.

X