Enquêtes d’évaluation du niveau de preparation des populations du Nord et Sud Kivu aux catastrophes

Les dernières inondations causées par les pluies torrentielles ayant frappée la ville d’Uvira au mois d’Avril 2020 et les éboulements de terrain ayant endeuillé la population de Bukavu au mois de Juin en province du Sid Kivu – le tout dans un contexte de la pandemie de la Covid-19 ; ont exposé le faible niveau de préparation des communautés et gouvernements locaux aux catastrophes. Cette incapacité à anticiper l’explosion des phénomènes tant naturels qu’artificiels accentue la vulnérabilité dans toute la sous-région. 

La république démocratique du Congo et plus précisément les provinces du Nord et Sud Kivu sont exposée à plusieurs aléas compris ; les tremblements de terre, glissement/éboulement des terrains, inondations costales et riveraines, gaz méthane et dioxyde de carbone, conflits et fragilité, etc.

Depuis 2015 et sous l’appui financier du PNUD, la république démocratique du Congo s’est doté d’un plan national de réduction des risques de catastrophes ayant résulté de la création de toute première plateforme nationale ad hoc et décomposée en plateformes provinciales. Ce plan est un complément d’autres plans nationaux adoptés précédemment, exclus ceux des acteurs non étatiques notamment ;

  • Plan d’action pour la gestion des risques de catastrophes en RDC de 2011 conçu par la division des operations d’urgence de l’organisation des nations unies pour l’agriculture FAO en sigle,
  • Plan d’action du gouvernement de 2016
  • Politique général du Zaïre sur les catastrophes naturelles de 1994,
  • Etc. 

En dépit de ces politiques et plans, la RDC connait toujours des calamites diverses. Ces calamites déciment des vies humaines et détruisent l’environnement. Comment comprendre que les politiques gouvernementales de gestion et les plan d’actions des ONGs ne permettent pas de faire face à ces risques environnementaux et de lutter, de manière durable, contre les catastrophes naturelles et d’origine anthropiques en RDC ? Quelle approche de gestion durable de ces risques et catastrophes est-il possible d’envisager dans ce pays ?

Quoique depuis la mise en place de la plateforme nationale de reduction des risques de catastrophes certaines avancées significatives d’ordre non opérationnelles aient été consenties en matière de prévention contre les risques, force est de constater plusieurs lacunes d’ordre opérationnelles sur le terrain y compris ;

  • La faible capacité de mobilisation des communautés locales et rurales par les plateformes provinciales,  
  • Manque de coordination des acteurs clés dans la gestion prospective, corrective et compensatoire des risques,
  • Et absence d’un mécanisme d’alertes précoces multirisque efficace, aléas-centré et orienté vers les éléments vulnérables exposés aux risques de catastrophes pour protéger les communautés de risques pour anticiper les effets néfastes de catastrophes.

Depuis sa création par l’organisation CongoInThePicture en 2017, l’initiative pour la gestion des risques de catastrophes en Afrique DRM Africa en sigle, milite pour une approche participative de gestion des risques et où, les populations exposées aux risques joueraient un rôle majeur dans le processus d’atténuation des effets/menaces liées aux multiples aléas avec qui elles vivent ensemble. Nous sommes aussi convaincus que seuls les populations exposées sont porteurs d’une solution durable dans la gestion des risques pour une meilleure resilience et relèvement après les catastrophes – d’où leur integration dans le processus de gestion des risques.  

C’est pour cette raison qu’à partir de ce lundi 17 Aout 2020, dans le cadre de son processus de mise en place, dans des zones à risque identifiés, des moyens de surveillance, d’alerte et d’intervention orientés vers les communautés locales exposées et ainsi ; améliorer et renforcer le système d’alertes précoces, l’initiative pour la gestion des risques de catastrophes en Afrique DRM Africa en sigle va tester et évaluer le niveau de préparation des populations vulnérables vivant à l’est de la république démocratique du Congo aux catastrophes naturelles à travers un projet d’enquêtes. Cette étude s’inscrit aussi dans le cadre de sa contribution et soutien à la plateforme nationale du RRC en matière de gestion des risques pour le développement durable.

« Responsabiliser les communautés locales la réponse et la preparation aux catastrophes naturelles et anthropiques »

Barrage erigees par des habitants de Kasenga a Uvira pour freiner les eaux de rivieres inondees

L’objectif global de ces enquêtes est de renforcer la résilience communautaire aux aléas naturels et anthropiques à travers les travaux de monitoring et de documentation sur le terrain pour une meilleure gestion des risques de catastrophes au niveau local et national.

Les activites de ce projet ont pour but essentiellement ;

  • D’évaluer le niveau de preparation des populations locales vis-à-vis de catastrophes naturelles à travers la collecte des données et tester leur niveau de connaissance en identification, analyse des risques et préparation aux catastrophes,
  • De renforcer leurs capacités en identification et analyse des risques, préparation et gestion des risques de catastrophes.
  • Et de plaider pour la mise en place d’un cadre permanent de concertation entre les citoyens et leurs autorités locales au niveau de la base pour une gestion des risques inclusive.

« Atteindre plus de personnes vivants dans des zones à risques »

Recuperation des biens menagees apres des inondations a Uvira RDC

Après la conduite du projet, nous espérons trouver le résultat suivant ;

  • Collecter les données sur les populations locales et tester leur niveau de connaissance en identification, analyse des risques et préparation aux catastrophes
    • Plus de 800 personnes en villes d’Uvira, Bukavu et Goma sondées/ciblées et échantillons collectées,
    • Une dizaine de cas/thématiques analysées,
    • 5 aleas couverts,
    • Inspiration de plusieurs success stories détectées parmi les sondées,
    • Etc.
  • Renforcer leurs capacités en identification et analyse des risques, préparation et gestion des risques de catastrophes.
    • Les capacites de plus de 800 personnes vivant dans les villes d’Uvira, Bukavu et Goma renforcées en identification et analyse des risques, preparation et gestion des risques de catastrophes,
    • La matière apprise utilisées par les personnes vulnerables,
    • Etc.
  • Plaider pour la mise en place d’un cadre permanent de concertation entre les citoyens et leurs autorités locales au niveau de la base pour une gestion des risques inclusive.
    • Prise de conscience par toutes les parties prenantes sur la nécessité de la mise en place d’un cadre de concertation permanente,
    • Prise d’engagement de la population dans le processus de reduction des risques de catastrophes au niveau des foyers,
    • Etc.

Le résultat de ces enquêtes nous permettra de renforcer le système d’alertes précoces multirisque en cours d’élaboration et sera publié prochainement sous forme de blog, des donnees spatiales et des data sets.

Le projet utilisera plusieurs méthodes de collecte et analyse des donnees notamment ;

  • Conception et méthode de collecte des donnees

La méthode d’enquête quantitative et la conception de cette dernière seront utilisées pour évaluer le niveau de connaissance et attitudes vis-à-vis des risques de catastrophes. Ces dernières seront participatives et les donnees collectées à partir d’interviews de face à face avec des répondants sélectionnés à l’aide des questionnaires des émissions radiophoniques, et recherches et sondages sur internet.

  • Analyse de donnees

L’analyse des donnees sera fait de la manière suivante ;

  • L’analyse descriptive sera faite sous forme de la fréquence, le pourcentage et les means.
    • Les donnees seront présentées sous forme des tableaux de fréquence, des cross tabulations, des charts,
    • L’analyse des donnees sera fait à l’aide des logiciels tels que SPSS et Microsoft Excel.

Ces enquêtes se dérouleront dans les villes d’Uvira et Bukavu en province du Sud Kivu, et cette de Goma en province du Nord Kivu à l’est de la republique démocratique du Congo en dates du 17 Aout au 20 Septembre 2020, et cibleront les habitants vivants dans des zones à risques notamment ; les cotes lacustres et riverains, le collines et montagnes, les quartiers spontanés, les habitants vivant sur le bassin versant des volcans, etc.

Elles seront financées par l’organisation CongoInThePicture ainsi que des appuis divers de plusieurs acteurs locaux.